En novembre 2014, lors du XVe sommet de la Francophonie à Dakar fut adoptée pour la première fois une « stratégie économique pour la Francophonie » soulignant ainsi les relations économiques privilégiées qu’entretiennent les pays partageant une langue commune. La francophonie permet de promouvoir les échanges commerciaux, et ainsi la croissance. Elle semble également offrir une meilleure résilience économique en période de crise.

© Gabriel Flores Romero / Flickr cc
© Gabriel Flores Romero / Flickr cc
stock hair replacement systems

Le rôle du partage d’une langue commune sur les relations commerciales

Le partage d’une langue se traduit par une diminution des coûts de transaction et de communication, permettant aux entreprises de pénétrer plus facilement un nouveau marché mais également de maintenir dans le temps des flux commerciaux existants, y compris en cas de turbulences économiques. Au-delà de ces coûts, le partage d’une langue semble également jouer sur le niveau de confiance mutuelle. A partir d’une enquête d’opinion de l’Eurobarometer menée auprès des  pays de l’Union Européenne entre 1970 et 1995, des chercheurs[1] ont démontré que le partage d’une même langue favorise la confiance mutuelle qui à son tour à une influence positive sur les échanges.  De manière générale, tenir compte de la proximité linguistique permet d’améliorer notre compréhension de certains comportements économiques dans des domaines tels que celui du commerce international, des migrations, de l’apprentissage des langues, ou encore des résultats du concours Eurovision. [2]

Qu’en est-il de la Francophonie? Dans une étude récente publiée dans l’ouvrage « l’impact économique des langues »[3], nous avons estimé l’impact du partage du français sur le commerce des pays francophones. Les contours de la Francophonie étant flous, nous nous sommes appuyés sur les deux critères suivants: (i) critère politique: le français doit avoir le statut de langue officielle; ou (ii) critère démographique: au moins 20% de la population est francophone. En appliquant cette définition, 33 pays appartiennent à l’espace francophone.[4]

 

Graphique 1: L’espace francophone
Graphi 1

 

En 2013, environ 14% des échanges commerciaux des pays francophones s’effectuaient avec d’autres pays de cet espace. Compte tenu du fait que l’espace francophone représente environ 8% du PIB mondial en 2013, ce chiffre semble confirmer l’existence d’un lien commercial privilégié entre ces pays. Si ce résultat peut être expliqué en partie par la diminution des coûts au commerce que représente le partage d’une même langue, d’autres facteurs (tels que la proximité géographique, des liens historiques forts, des accords de commerce préférentiels, etc.) contribuent également à stimuler le commerce au sein de l’espace francophone. Afin de distinguer l’impact propre au partage de la langue, nous avons effectué une analyse économétrique sur un grand échantillon (153 pays dont 33 francophones sur la période 1995-2009). Ainsi, en moyenne il apparait qu’un pays francophone bénéficie d’un supplément de commerce de 22% avec les autres pays de cet espace relativement au commerce qu’il aurait avec ces mêmes pays s’ils n’étaient pas francophones. Cela permet d’accroître la richesse (par exemple, la France bénéficie d’un impact indirect sur son PIB par tête de 2,6%). En outre, les résultats indiquent que le partage du français a permis une meilleure résilience des relations commerciales en période de crise avec un supplément de commerce entre ces pays de 33% entre 2008 et 2009.

 

Graphique 2: L’influence du français sur le commerce bilatéral au sein de l’espace francophone

Graphi 2

Source: Carrère and Masood (2016)
Le losange désigne le supplément estimé de commerce bilatéral (en %) et les pointillés représentent les intervalles de confiance à 10% associés à l’impact estimé

 

Les avantages du multilinguisme au niveau individuel

Au-delà de ces bénéfices macroéconomiques, Francois Grin[5] souligne les avantages tirés de la maitrise des langues étrangères dans l’activité professionnelle au niveau des individus. L’auteur estime ainsi les différentiels de revenu du travail qui peuvent être attribués aux compétences linguistiques des individus en se concentrant plus particulièrement sur le cas de pays multilingues tels que le Canada et la Suisse. La maitrise du français en Suisse alémanique se traduit par une prime salariale d’environ 14%. Plus généralement, maitriser plusieurs langues se traduit par une meilleure insertion sur le marché du travail et une meilleure résilience.

Quelles leçons pour l’avenir de l’espace francophone?

Que se passerait-il si l’on élargissait la francophonie? Promouvoir le français contribuerait au rayonnement international de la langue française et de sa culture. Ce seul aspect pourrait justifier une politique de promotion de la Francophonie. En outre, les résultats présentés ci-dessus démontrent aussi l’existence de retombées positives du développement du français sur l’économie.

Il faut néanmoins nuancer les bénéfices attendus d’une politique de promotion du français: cela impliquerait un accroissement de la proportion de locuteurs étrangers parlant le français mais ne devrait pas affecter, du moins sur le court terme, la proportion de locuteurs ayant le français comme langue natale ou l’adoption de cette langue comme langue officielle. Or, Jacques Melitz et Farid Toubal[6] ont décomposé l’impact de la langue sur les flux bilatéraux de commerce en distinguant l’effet respectif de ses différentes composantes. Leur analyse démontre que le partage d’une langue parlée-non natale représente un peu moins d’un tiers de l’effet total du partage d’une langue commune.  L’impact serait donc moindre qu’attendu car l’élargissement de la francophonie n’agirait que sur une des composantes de l’effet positif de la langue.

Néanmoins, ces résultats suggèrent aussi que le français pourrait profiter d’une forte croissance démographique en Afrique francophone (où le français est la langue natale d’une fraction importante de la population) et d’un rattrapage économique de la région dans les prochaines décennies. La France, et les autres pays francophones, pourraient alors tirer profit de cette forte croissance à condition de pouvoir faire face à la concurrence grandissante de l’anglais dans la région.

Et pourquoi ne pas dynamiser l’espace francophone en y intégrant des pays dits « francophiles » et à fort potentiel de croissance, comme le suggère Attali (2014)[7], tels que le Nigeria, le Ghana, le Qatar, la Thaïlande, le Vietnam ou encore l’Egypte ?

Les opinions exprimées dans ce blog sont celles des auteurs et ne reflètent pas forcément la position officielle de leur institution ni celle de l’AFD.

[1] Guiso, L., Sapienza, P. et L. Zingales (2009),  » Cultural Biases in Economic Exchange « , Quarterly Journal of Economics 124, 1095-1131.
[2] V. Ginsburgh (2016)  » Les distances linguistiques et leurs effets sur les comportements économiques », chapitre 2 dans L’impact économique des langues, Carrère, C (dir.). Ferdi – Economica, Paris.
[3] C. Carrère et M. Masood (2016) « Poids économique de la francophonie: son impact via l’ouverture commerciale » chapitre 4 dans L’impact économique des langues, Carrère, C (dir.). Ferdi – Economica, Paris.
[4] Liste des pays francophones selon cette définition: Algérie, la Belgique, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Canada, la République Centrafricaine, les Comores, le Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, la France, le Gabon, la Guinée, la Guinée équatoriale, Haïti, Israël, le Liban, Luxembourg, Madagascar, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, Maurice, le Niger, la RDC, le Rwanda, le Sénégal, la Suisse, le Tchad, le Togo et la Tunisie.
[5] F.Grin (2016) « La valeur des langues dans l’activité professionnelle » chapitre 5 dans L’impact économique des langues, Carrère, C (dir.). Ferdi – Economica, Paris.
[6] Les résultats de cette étude sont résumés et discutés dans J.Melitz (2016) « Langue, commerce, bien-être et francophonie » chapitre 3 dans L’impact économique des langues, Carrère, C (dir.). Ferdi – Economica, Paris.
[7] Attali, J. 2014. « La Francophonie et la Francophilie : moteurs de croissance », La Documentation Française.

Partager cet article :

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda