Question de développement a consacré son numéro 29 à cette question. Les auteurs : Nathalie BOUGNOUX, Rohen D’AIGLEPIERRE et Theodora XENOGIANI.

Question 29

La déconstruction de ces quelques « idées reçues » révèle une importante méconnaissance de la réalité des migrations subsahariennes qui favorise l’exploitation de ce sujet, et rend difficiles la tenue d’un débat objectif et l’élaboration de politiques migratoires pertinentes. D’où l’importance de poursuivre la collecte de données de qualité et les analyses scientifiques multidisciplinaires sur les caractéristiques, les déterminants et les impacts des mouvements de population, dans les pays d’origine comme dans les pays d’accueil.

Une étude financée par l’AFD sur le corridor France- Sénégal dans l’objectif de favoriser l’intégration des enjeux migratoires aux stratégies de développement local montre en effet que les territoires les plus concernés par les migrations disposent en général de peu d’informations sur ces mobilités et identifient difficilement leurs contributions potentielles au développement local.

Intégrées à l’élaboration des politiques de développement nationales comme locales, les migrations pourraient pourtant être valorisées (projets économiques ou sociaux portés par les diasporas, développement de partenariats de coopération, identification des ressources humaines mobilisables).

Des grilles d’analyse et outils visant à mieux appréhender les migrations et les leviers d’actions possibles pour favoriser leurs plus- values et minimiser leurs impacts négatifs ont déjà donné lieu à des expériences prometteuses dans des secteurs aussi variés que la lutte contre la désertification, l’amélioration des modes de transport, l’appui à l’entreprenariat ou la protection sociale.

Les flux migratoires façonnent depuis toujours l’environnement mondial. Les migrations africaines font régulièrement l’objet d’une attention particulière en lien avec la médiatisation d’événements spécifiques, mais sans connaissance approfondie. Au regard des tendances démographiques et économiques actuelles, il importe de les considérer davantage comme un élément structurant pour l’avenir, car elles vont, selon toute vraisemblance, se poursuivre. Pour mieux appréhender ces mouvements de population, anticiper leurs évolutions et favoriser leur potentiel comme facteur de développement, dans les territoires d’origine et de destination, la première étape nécessaire est de poursuivre la collecte, l’analyse et la diffusion de données scientifiques et objectives.

Pour en savoir plus, téléchargez la publication.

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda