Des travaux récents mentionnent un total de 90 trilliards rien que pour les besoins en infrastructures pour garantir un développement soutenu et durable. A cette échelle, les enjeux dépassent les questions soulevées par la négociation autour des 100 milliards du fond vert, ou par les sources du financement de l’aide au développement.

Organisateurs

L’Accord de Paris fixe trois objectifs : 1) une ambition de long terme formulée dans l’objectif collectif de contenir l’augmentation des températures mondiales « nettement en dessous de 2°C « ; 2) a promotion d’un développement réduisant les émissions de gaz à effet de serre et de l’adaptation des sociétés au changement climatique; 3) et enfin ‘l’alignement des flux financiers’ avec les deux objectifs précédents.

En pratique, cela signifie que les émissions mondiales d’origine humaine devront être nulles, en net, avant la fin du 21ème siècle. Il convient donc simultanément de réduire nos émissions, en éliminant pratiquement tous les combustibles fossiles, et de favoriser des pratiques ou des technologies de séquestration des rares émissions résiduelles.

Un défi de taille, à relever par les pays du Nord comme du Sud, sera d’élaborer des cadres pour canaliser les flux massifs nécessaires au financement de ces transitions. Des travaux récents mentionnent un total de 90 trilliards rien que pour les besoins en infrastructures pour garantir un développement soutenu et durable. A cette échelle, les enjeux dépassent les questions soulevées par la négociation autour des 100 milliards du fond vert, ou par les sources du financement de l’aide au développement. Comme exposé dans les travaux de l’UNEP Inquiry, il s’agit de capter une partie de la finance privée et de mobiliser les finances publiques locales dans leur ensemble.

Où en sont les pays émergents de ces cadres d’intervention ? Comment repenser l’aide au développement dans ce contexte en évolution ?

La conférence-débat sera animée par Gaël Giraud, chef économiste à l’AFD.

Avec :

Benoît Leguet, directeur général, I4CE – Institute for Climate Economics.

Pierre Ducret, conseiller climat du Groupe Caisse des Dépôts, et président d’I4CE – Institute for Climate Economics.
I4CE est le think tank sur la transition vers une économie bas-carbone et adapté aux changements climatiques, fondé par la Caisse des Dépôts et l’Agence française de Développement.

 

Après la COP21 : la question à 1000 milliards

Date

jeudi 26 mai 2016

Heure

17h00 - 19h00

Lieu

Agence Française de Développement
Bâtiment du Mistral
3 Place Louis Armand
75012 Paris

Sur le même thème

10 ans pour investir dans le développement durable

Publication
Lire

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda