En Méditerranée, pas de Climate-Smart Agriculture sans Climate-Smart Policies

Le dernier rapport du GIEC pointe qu’en Méditerranée, le réchauffement a déjà et aura pour effets de réduire les rendements agricoles, d’accroître les risques extrêmes (sécheresses, canicules…) et d’augmenter fortement l’évapo-transpiration : ceci signifie par exemple que les besoins en eau des plantes, y compris dans les systèmes irrigués, s’accroissent alors que le niveau des nappes et les débits des rivières diminuent de façon erratique. Pour relever les défis de l’atténuation et, surtout de l’adaptation aux changements climatiques, l’agriculture méditerranéenne doit se transformer. Les acteurs du terrain sont déjà en train de relever ce défi. Il ne pourra cependant être pleinement relevé sans adaptation des politiques publiques agricoles.

Tribune 5 MIN