C’est l’un des défis majeurs auxquels les Nations unies se sont attaquées depuis plusieurs décennies. Et l’un de ceux où des progrès sensibles avaient été mesurés… Jusqu’à l’irruption du Covid-19 et de la pandémie mondiale. La récession sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale qui frappe la planète fragilise les plus pauvres et précipite une partie des classes moyennes dans la précarité. La faim progresse à nouveau. En décernant le prix Nobel de la paix au Programme alimentaire mondial, le Comité a clairement voulu souligner l’urgence d’œuvrer aussi sur ce front-là.

Englobant la faim, la malnutrition revêt aussi plusieurs formes, notamment celle de la malbouffe. Au Mexique, où près de 70 % de la population est obèse ou en surpoids, les autorités ont décidé de prendre des mesures drastiques pour lutter contre ce fléau. Un fléau dont on sait qu’il aggrave l’impact du Covid-19 sur les organismes.

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

Thomas Hofnung
Rédacteur en chef d’iD4D

Prix Nobel : le PAM, contre la faim pour la paix [ARTICLE]
© TONY KARUMBA / AFP
Prix Nobel : le PAM, contre la faim pour la paix

Le prix Nobel de la paix 2020 revient au Programme alimentaire mondial pour « sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits ». Il s’agit du douzième prix Nobel de la paix attribué à une organisation ou personnalité de l’Organisation des Nations unies.

« Le prix Nobel de la paix décerné au Programme alimentaire mondial des Nations unies  » , Le Monde, 9 octobre 2020

Soudan du Sud : la faim, arme immatérielle mais mortelle [ARTICLE]
© PAM / Gabriela Vivacqua
Soudan du Sud : la faim, arme immatérielle mais mortelle

Selon un rapport de l’ONU sur l’insécurité alimentaire au Soudan du Sud, la faim est une méthode de guerre. Affamées, les communautés contraintes fuient vers des lieux sûrs. Pour les experts onusiens, ces crimes sont assimilables à des crimes contre l’humanité de déportation ou de transfert forcé.

« Soudan du Sud : un panel d’experts de l’ONU dénonce la stratégie de la faim utilisée comme arme de guerre  » , ONU Info, 6 octobre 2020

Au Mexique, l’État déclare la guerre à l’obésité [ARTICLE]
© PEDRO PARDO / AFP
Au Mexique, l’État déclare la guerre à l’obésité

Le Mexique déclare la guerre à la malbouffe. Avec près de 70 % de la population en surpoids ou obèse, les pouvoirs publics ont mis en place des mesures préventives accompagnées d’interdits pour enrayer ce que les scientifiques appellent « la triple épidémie » : obésité, diabète et maladies cardiovasculaires.

« Au Mexique, les autorités veulent interdire la malbouffe aux enfants pour lutter contre l'obésité  » , France Info, 7 octobre 2020

Environnement : un arbre en cache un autre [TRIBUNE]
© Myriam Baibout
Environnement : un arbre en cache un autre

De l’Inde au Yémen, du Pakistan à l’Iran, le « kherji » maintient la vie dans le désert. Cet arbre indigène nourrit le sol et préserve la diversité des espèces en milieux arides. Totem culturel et symbole pour la protection de l’environnement, il est également utilisé en médecine et en agroforesterie.

« Khejri, l’arbre qui donne vie au désert  » , The Conversation, 11 octobre 2020

À Djibouti, le paludisme resurgit [INTERVIEW]
Photo © AFP
À Djibouti, le paludisme resurgit

Avec 25 cas de paludisme en 2012, Djibouti se dirigeait vers l’éradication de cette pandémie. Aujourd’hui, le nombre de cas est de 25 000 par an. La cause : l’anophèle stephensi, un vecteur plus actif et résistant dans la transmission. Les experts craignent une flambée dans le reste du continent.

« À Djibouti, « il est de plus en plus difficile de lutter contre le paludisme »  » , Libération, 1er octobre 2020

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda