Les responsables politiques locaux du Sud perçoivent parfois les enjeux liés au climat comme secondaires par rapport aux enjeux de développement socio-économique. Même lorsqu’ils sont convaincus de l’intérêt d’une stratégie climat locale, ils redoutent l’acceptabilité d’une telle stratégie, notamment par la population en situation de précarité sociale. Les enjeux climatiques et sociaux sont-ils vraiment distincts ? Peut-on établir une stratégie climat locale sans prise en compte des enjeux sociaux, tels que l’intégration des quartiers informels ou défavorisés? A l’inverse, une stratégie de développement urbain peut-elle ignorer les enjeux climatiques ? Peut-on concilier résilience urbaine, sobriété de la ville, et lutte contre la pauvreté ?

Organisateurs

Les responsables politiques locaux du Sud perçoivent parfois les enjeux liés au climat comme secondaires par rapport aux enjeux de développement socio-économique. Même lorsqu’ils sont convaincus de l’intérêt d’une stratégie climat locale, ils redoutent l’acceptabilité d’une telle stratégie, notamment par la population en situation de précarité sociale. Les enjeux climatiques et sociaux sont-ils vraiment distincts ? Peut-on établir une stratégie climat locale sans prise en compte des enjeux sociaux, tels que l’intégration des quartiers informels ou défavorisés? A l’inverse, une stratégie de développement urbain peut-elle ignorer les enjeux climatiques ? Peut-on concilier résilience urbaine, sobriété de la ville, et lutte contre la pauvreté ?

 

Une stratégie climat : une opportunité pour réduire les inégalités sociales ?

Date

vendredi 27 septembre 2013

Heure

11h00 - 12h30

Lieu

Sommet mondial de la ville durable
ECOCITY
Nantes

La conférence-débat sera animée par Emmanuelle Bastide, journaliste à RFI

Interviendront :

  • Anne ODIC, responsable de la thématique « villes émergentes et climat » de l’Agence Française de Développement (AFD)
  • Jacques RAVAILLAULT, directeur exécutif de l’action territoriale de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)
  • Debra ROBERTS, responsable de l’aménagement du territoire et de la protection du climat à la ville de Durban
  • Felipe TARGA, responsable du programme « Corridor vert » de la ville de Cali, ancien vice-ministre des transports de Colombie
  • Julien DAMON, sociologue, professeur au master d’urbanisme de Science Po Paris et membre du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE)
  • Jean-Marc CHÂTAIGNIER, directeur général adjoint de la mondialisation, du développement et des partenariats au ministère des Affaires étrangères

Au Sud, les populations sont confrontées aux urgences sociales de l’emploi et du logement. Les décideurs politiques, quant à eux, sont accaparés par les objectifs de développement économique. Dans ce contexte, les problématiques climatiques voire même environnementales sont souvent négligées. A rebours de cette tendance générale, certaines villes du Sud se dotent de stratégies climat, à la fois capables de répondre aux enjeux de l’inclusion sociale et du changement climatique.

 

Une réponse simultanée aux enjeux climatiques et sociaux

Loin d’être une priorité pour les populations du Sud, la mise en œuvre de stratégies d’adaptation et d’atténuation peut pourtant aussi servir leurs intérêts. A Cali, le programme Corridor vert consiste en la création « d’un réseau de transports électriques, d’espaces publics de haute qualité et de pistes cyclables ». Il permettra ainsi de « faciliter la circulation des personnes défavorisées », tout en limitant les émissions générées (F. Targa). Au Bengladesh, un projet en cours d’identification par  l’AFD vise à renforcer les capacités de résilience des villes côtières du golfe du Bengale. Les équipements prévus offriront aux populations défavorisées de cette région un accès aux services de base. Ils seront en outre capables de résister aux cyclones, dont l’intensité et la régularité augmenteront à l’avenir. A Johannesburg, un opérateur privé de logements sociaux propose quant à lui à des salariés modestes des logements décents, sûrs et proches des foyers d’emploi. Ce projet éminemment social permettra en outre de réduire l’impact environnemental et le coût des déplacements de ces travailleurs pauvres (A. Odic). Dans les pays du Nord, c’est le thème de la précarité énergétique qui permet de faire le lien entre actions sociales et climatiques. Face à ce phénomène, des services publics spécifiques ont été créés. Leur mission ? Proposer aux ménages précaires un diagnostic technique et social et des solutions d’économies d’énergie (J. Ravaillault). Ainsi, pour les décideurs politiques, il s’agit « d’identifier des opportunités en matière de changement climatique, qui sont également porteuses de bénéfices pour les communautés locales » (D. Roberts).

 

Des opportunités de développement économique

Lutter contre le changement climatique peut même génèrer de l’activité économique. Selon des études récentes sur des pays de  l’OCDE, « les secteurs des transports publics et de l’efficacité énergétique seront des vecteurs de croissance économique qui participeront à la sobriété des villes et à la limitation des émissions de gaz à effet de serre » (A. Odic).

 

Construire des villes durables, l’affaire de tous

La prise en compte des enjeux climatiques et sociaux dans les villes en développement s’inscrit à une échelle qui fait intervenir une multiplicité d’acteurs : citoyens, entreprises, collectivités, Etats, organisations internationales et bailleurs de fonds. Un impératif « d’éducation des populations à l’environnement » se pose (J. Damon). Un autre sujet d’importance est celui de l’articulation entre les besoins des acteurs publics locaux et les modalités de financement des institutions financières. Les villes en développement  peinent en effet à obtenir des financements climat en dehors de la sphère municipale (D. Roberts). Enfin, c’est au niveau international que la question d’un développement urbain durable doit être posée. Dans la perspective des débats relatifs à l’agenda du développement post-2015, la France soutient ainsi la création d’un objectif de développement durable spécifique aux villes (JM. Chataignier).

Sur le même thème

10 ans pour investir dans le développement durable

Publication
Lire

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda