Roger Nord, directeur adjoint Afrique du FMI, et Céline Allard, chef de la division des études régionales au Département Afrique du FMI, présenteront les conclusions de leur nouveau rapport sur les Perspectives Economiques régionales pour l’Afrique (REO).

Organisateurs

La rencontre, animée par Sabine Cessou, journaliste indépendante pour différents médias (RFI, La Tribune, Libération, Slate Afrique, Afrique Magazine), sera scindée en deux sessions :

1ère session (1 heure) : Une croissance à plusieurs vitesses

Affaiblie par la baisse des cours des produits de base et un environnement économique mondial globalement moins porteur, l’activité économique de l’Afrique subsaharienne devrait croitre cette année à son rythme le plus bas depuis plus de vingt ans. Ce panorama général masque toutefois une hétérogénéité considérable des trajectoires économiques dans la région : les pays peu tributaires des exportations de ressources naturelles – soit la moitié des pays dans la région – continuent d’afficher de bons résultats, grâce à la diminution de leur facture pétrolière, l’amélioration du climat des affaires, et de robustes investissements d’infrastructure. En revanche, les pays exportateurs de ressources naturelles traversent une passe difficile, tout particulièrement les pays exportateurs de pétrole, dont les perspectives à court terme se sont dégradées, en dépit d’une légère remontée des cours du pétrole. Ceci dit, la région continue de présenter un énorme potentiel de croissance. Comment réaliser ce potentiel ? Pour les pays les plus touchés par ce ralentissement économique, quelles politiques publiques élaborer pour permettre un rebond de la croissance ?

Intervenant : Roger Nord (15 minutes)
Discutant : Alexandre Maymat, responsable de la région Afrique/Asie/Méditerranée et Outremer, Banque et Services Financiers Internationaux à la Société Générale (15 minutes)
Echange avec la salle (30 minutes).

2è session (1 heure) : Renforcer la résilience face aux catastrophes naturelles 

L’Afrique subsaharienne est particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles – comme en témoigne la grave sécheresse qui a récemment sévi dans la plus grande partie de l’Afrique australe et orientale. Les facteurs structurels – notamment la forte dépendance à l’égard de l’agriculture pluviale, les contraintes de capacité pour se préparer aux catastrophes et pour y réagir, ainsi que l’accès limité aux assurances – amplifient grandement cette vulnérabilité, et pendant la période à venir, le changement climatique aggravera ces vulnérabilités. Quels sont les impacts à court et moyen terme des catastrophes naturelles sur les performances macroéconomiques des pays touchés dans la région ?  De quels moyens disposent les pays pour accroître leur résilience face aux catastrophes naturelles ? Quels sont les mécanismes qui peuvent être utilisés pour atténuer les effets des catastrophes naturelles une fois qu’elles ont frappé ?

Intervenant : Céline Allard (15 minutes)
Discutant : Philippe Roudier, chercheur « agriculture et climat » à l’AFD (15 minutes)
Echange avec la salle (30 minutes)

 

 

 

 

Quelles perspectives économiques en Afrique ?

Date

jeudi 03 novembre 2016

Heure

14h30-16h30

Lieu

Agence Française de Développement
5 rue Roland Barthes
75012 Paris

Sur le même thème

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par semaine, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur le blog!

Agenda