A l’occasion de la sortie de l’ouvrage « L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie » aux éditions Karthala, l’AFD et le FASOPO organisent une conférence où les auteurs viendront présenter leurs travaux sur les trajectoires socio-politiques des pays de la région Méditerranée, notamment le Maroc et la Tunisie, et échanger autour des « printemps arabes », déclinés pour chaque pays dans leurs singularités et logiques spécifiques.

Organisateurs

 

Sidi Bouzid, décembre 2010 a été dépeint dans les médias comme la scène inaugurale des « printemps arabes », présentée comme une pièce en trois actes : d’abord, la révolution tunisienne ; puis l’effet domino à l’échelle régionale ;  enfin, les revirements – dont nous connaîtrions aujourd’hui le final marqué par  la guerre civile en Syrie, les tensions politiques en Tunisie, le chaos en Lybie, le retour autoritaire en Egypte, etc. Cette lecture simpliste et linéaire des années 2011-2015 dans les pays du sud et de l’est de la Méditerranée pose question.

Les « printemps arabes » constituent sans doute une importante transition politique, économique et sociale dans la région, en atteste le Prix Nobel de la Paix décerné le 9 octobre dernier au « Quartet » issu de la société civile, ayant permis la transition démocratique en Tunisie.  Ils marquent l’impasse d’un modèle de développement politiquement autoritaire, asphyxiant le secteur privé et l’initiative individuelle, et portent l’expression de fortes attentes en matière de garantie d’éducation, de protection sociale et d’emploi pour l’ensemble de la population. Ils redéfinissent le rapport des partis ou des organisations islamistes à l’Etat, à la nation, à l’exercice du pouvoir. Pour autant, constituent-ils une entrée pertinente pour l’analyse de l’injustice sociale dans les pays concernés ? La question de l’injustice sociale a précédé 2010, elle est à explorer dans l’histoire des politiques publiques d’inclusion des pauvres, dans la construction progressive de l’asymétrie régionale, etc. Elle implique de pouvoir dépasser l’uniformisation imposée par une lecture en termes de  « moment » historique.

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage « L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie » aux éditions Karthala, l’AFD et le FASOPO organisent une conférence où les auteurs viendront présenter leurs travaux sur les trajectoires socio-politiques des pays de la région Méditerranée, notamment le Maroc et la Tunisie, et échanger autour des « printemps arabes », déclinés pour chaque pays dans leurs singularités et logiques spécifiques.

Conférence organisée en partenariat avec
fasopo

 

La justice sociale à l’épreuve des printemps arabes

Date

mardi 27 octobre 2015

Heure

17h00 - 19h00

Lieu

Agence Française de Développement
5 rue Roland Barthes
75012 Paris

Cette conférence sera introduite par Gaël Giraud, chef économiste  de l’AFD.

Avec:

  • Béatrice Hibou, politologue, directrice de recherche au CNRS (SciencesPo-CERI) et directrice adjointe du CRESC (Université Mohamed VI Polytechnique, Rabat)
  • Mohamed Tozy, politologue, Professeur des universités à Aix-en-Provence et à Casablanca, directeur du CRESC (Université Mohamed VI Polytechnique, Rabat)
  • Irene Bono, politologue, maître de conférences à L’Université de Turin, chercheur associée au CRESC (Université Mohamed VI Polytechnique, Rabat)
  • Hamza Meddeb, politologue, chercheur à la fondation Carnegie, ancien chercheur à l’Institut universitaire de Florence (2013-2015)
  • Mathieu Vasseur, directeur-adjoint du département Méditerranée de l’AFD
  • Marie-Pierre Nicollet, directrice du département Développement Humain de l’AFD

Sur le même thème

10 ans pour investir dans le développement durable

Publication
Lire

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda