Dans les pays fragiles, la priorité doit être le renforcement de l’Etat

Il est aujourd’hui reconnu qu’il n’existe pas de sécurité sans développement, et pas de développement sans un minimum de sécurité humaine. Réduire les facteurs structurels de fragilité susceptibles de mener à des irruptions de violence et gérer les crises et leurs impacts sont deux défis que l’aide internationale souhaite relever. Entretien avec Erik Solheim, Président du Comité d’aide au développement de l’OCDE.

Interview 4 MIN