Bitcoin, le grand gâchis d’énergie

La blockchain permet la création de monnaies cryptographiques sans autorité centrale de contrôle. Le bitcoin est l’une de ces monnaies, mais son fonctionnement s’appuie sur un concours de calcul qui entraîne une consommation d’énergie aussi considérable qu’inutile selon Jean-Paul Delahaye, professeur émérite à l’Université de Lille et chercheur CRISTAL du CNRS. C’est ce qu’il appelle « l’erreur de Nakamoto ».

Tribune 5 MIN