Peder Michael Pruzan-Jorgensen

Vice-président EMOA, BSR

1 article publié
Suivre l'auteur

BSR New York
5 Union Square West, 6th Floor
New York, NY 10003, USA

+1 212 370 7707

Biographie

En tant que membre du Comité Exécutif, Peder Michael dirige les activités de BSR couvrant la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA). Peder Michael pilote les activités et les équipes au niveau mondial du département Recherche et Partenariats pour le Développement et apporte son expertise plus particulièrement sur deux initiatives collaboratives phares de BSR : HERProject, un programme d’autonomisation de millions de femmes travaillant dans les usines ainsi que Better Coal, qui vise à améliorer les standards environnementaux et sociaux de chaînes d’approvisionnement du secteur du charbon. Peder Michael accompagne les plus grandes entreprises dans de nombreux secteurs d’activité, notamment celui des transports et de la logistique, de la grande consommation, et de la banque/finance.

Avant de rejoindre BSR, Peder Michael a contribué au développement des activités de conseil RSE du cabinet international PricewaterhouseCoopers (PwC) à Copenhague. Avant cela, Peder Michael a travaillé cinq ans au Ministère des Affaires Etrangères danois en tant que diplomate ainsi qu’au service de la Commission des Nations Unies sur le Statut des Femmes.

De 2009 à 2012, Peder Michael a siégé au Conseil sur la Responsabilité des Entreprises du gouvernement danois. Peder Michael parle anglais, français, danois et suédois.

Peder Michael est titulaire d’un Master en Sciences de l’Administration Internationale des Entreprises et Communication Culturelle Internationale ainsi que d'une Licence en Sciences de l’Administration des Entreprises de l’Ecole de Commerce de Copenhague.

Articles ID4D

Tribune

Comment les entreprises mondialisées peuvent contribuer à l’autonomisation des femmes

Dans le monde du développement, pour promouvoir l’autonomisation des femmes on ne considère pas forcément le secteur privé comme un partenaire. On croit que les actions des entreprises dans ce domaine ne sont que des mesures de façade ou des maigres efforts qui se bornent à imposer des quotas au sein des conseils d’administration. Or, ces suppositions reflètent de moins en moins la réalité. Les entreprises multinationales s’intéressent de plus en plus à cet enjeu essentiel : le moment est donc venu pour les bailleurs de fonds et les autres acteurs de se rapprocher du secteur privé afin de renforcer leur impact dans le domaine de l’autonomisation des femmes.

Lire

Auteurs de la même institution

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda