Se fondant sur sa propre expérience, l’ONG ALIMA plaide pour une réelle localisation de l’aide humanitaire. Une urgence ravivée par la crise du Covid-19.

Une équipe médicale dans un centre de traitement Ebola géré par l'Alliance pour l'action médicale internationale (ALIMA) le 11 août 2018 à Beni, dans le nord-est de la RDC. (Photo de John WESSELS / AFP)
Une équipe médicale dans un centre de traitement Ebola géré par l'Alliance pour l'action médicale internationale (ALIMA) le 11 août 2018 à Beni, dans le nord-est de la RDC. (Photo de John WESSELS / AFP)

Istanbul, mai 2016. Après une vingtaine d’années sous le signe de la professionnalisation du secteur des ONG humanitaires, l’agenda du Sommet humanitaire mondial d’Istanbul est consacré à la recherche de solutions nouvelles pour sortir des impasses bureaucratiques qui ont éloigné l’humanitaire, au début du xxe siècle, de sa mission première : produire des secours. De ce processus naît le « Grand Bargain », un engagement historique entre les bailleurs et les plus grandes ONG pour rendre l’aide humanitaire plus efficace et effective. Au cœur de ce « New Deal » : l’injonction à la « localisation », en vertu de la formule : « Aussi local que possible, aussi international que nécessaire. »

Quelques années plus tard, force est de constater que l’inertie a prévalu. Alors que l’objectif initial était d’augmenter significativement les financements directs à destination des intervenants locaux et nationaux, les ambitions ont été revues à la baisse. Premièrement, il est finalement question de financement « aussi direct que possible », ce qui réintroduit la possibilité de structures intermédiaires prescriptives de type ONG internationale ou agence onusienne. Deuxièmement, les chiffres disponibles sont clairement décevants : 14 % pour la localisation au lieu des 25 % affichés pour 2020. Et surtout 0,4 % de financements réellement directs, soit le même niveau qu’en 2016 !

 

La localisation, une entreprise de longue haleine

Depuis plusieurs années, nous essayons au sein de notre organisation de mettre en place un modèle qui vise à s’inscrire dans le paradigme de la localisation au cœur de la plateforme du « Grand Bargain ». Nous en avons connu les difficultés itératives, mais nous en percevons aussi aujourd’hui, après plus de dix ans d’essais et d’erreurs, les effets positifs. Au-delà de notre propre expérience, la localisation est le nom d’une véritable « révolution copernicienne » pour le secteur humanitaire. En bref, il s’agit de « révéler » les African doctors urgentistes non seulement aux populations et autorités africaines mais aussi à l’ensemble des parties prenantes occidentales (bailleurs, professionnels ONG, chercheurs…).

 

 

Cette « révolution copernicienne » passe par plusieurs étapes. Pour ALIMA, elle a d’abord consisté à prendre le meilleur des partenariats Nord-Sud pour le mettre au profit des partenariats Sud-Sud. L’objectif de départ consistait à déléguer les opérations et la gouvernance de l’urgence humanitaire aux acteurs nationaux. Afin de tenter de concrétiser ces ambitions, nous avons mis en place une gouvernance mixte (conseil d’administration afro-européen présidé par un médecin originaire de RDC) et un système d’organisation duale (siège social en France, siège opérationnel à Dakar).

Au cœur du processus de transition se trouve la spécificité de la relation partenariale avec les ONG locales. C’est là, finalement, que se joue ou non le basculement de la localisation : soit la relation reste instrumentale, soit elle devient organique. Nous avons mis du temps et beaucoup de réflexivité pour arriver à la formule génératrice et régulatrice qui a actuellement cours au sein de notre Alliance. Fondée sur le principe de subsidiarité dans le recours à nos ressources, la collaboration qui a été collectivement mise en place avec les ONG locales signifie pour elles : ne pas être absorbées par l’Alliance, obtenir une partie des financements de celle-ci, ne pas être soumises à une procédure de validation par ALIMA de leurs projets en dehors de nos projets communs.

 

Aide humanitaire en Afrique : cap sur une structure principalement africaine

Les résultats sur le renforcement réciproque de capacité sont quantifiables : les ONG locales, mais aussi la nôtre, se sont professionnalisées ; leurs personnels médicaux ont pu se former au contact des experts africains et européens des deux sièges, français et sénégalais. Si bien que des associations locales membres de l’Alliance comme BEFEN (Niger), Alerte Santé (Tchad) et d’autres sont désormais reconnues en tant que telles par leurs autorités nationales et la communauté internationale, et peuvent accéder elles-mêmes aux appels d’offres des bailleurs.

La deuxième phase consiste à achever la transition de notre association vers une structure principalement africaine fonctionnant sur des dynamiques Sud-Sud. D’un point de vue opérationnel, nous sommes passés d’environ 10 % d’expatriés africains en 2010 en mission pour ALIMA à plus de 95 % aujourd’hui. Côté gouvernance, les ONG partenaires sont entrées dans le conseil d’administration (un tiers des sièges selon les statuts), ce qui leur donne un poids décisionnel déterminant.

Certes, nous gardons des liens forts avec les acteurs occidentaux, notamment en matière de recherche et de financement institutionnels, et le fundraising et la communication sont assurés par le bureau de Paris. Mais notre objectif nous semble atteint, à savoir créer une ONG humanitaire africaine capable d’intervenir sur les terrains et les urgences les plus difficiles au Sahel et en Afrique subsaharienne (Ebola, malnutrition, paludisme, déplacements de populations), avec la participation des bénéficiaires africains aux solutions qui les concernent.

 

La localisation validée par la crise du Covid-19

Face à l’épreuve d’une épidémie comme le Covid-19, nos équipes africaines ont pu se déployer sur les différents terrains alors que les ONG du Nord étaient clouées au sol par l’arrêt des vols internationaux et la fermeture progressive des frontières. Nous avons également déployé plusieurs centaines de lits dédiés aux malades du Covid-19 grâce à cette logique de proximité et de décentralisation des chaînes logistiques, dont plus d’une centaine grâce au soutien et à la réactivité de l’initiative « Covid-19 – Santé en commun » de l’AFD, et former plus de 1 500 personnels soignants.

Mais au-delà de l’aval logistique, la localisation permet de construire une réponse sanitaire adaptée au contexte des pays africains afin d’éviter par exemple des biais européens, notamment sur les protocoles de confinement et les campagnes de prévention. En intégrant les pays bénéficiaires en amont des interventions de terrain, les ONG humanitaires évitent les « copiés-collés » méthodologiques allogènes ou même d’un pays africain sur l’autre et contribuent à un changement structurel des sociétés concernées.

 

Sur le front de la recherche vaccinale et de la sobriété carbone

Demain, cette africanisation de la gestion du Covid devra se poursuivre sur le front de la recherche vaccinale. En effet, l’Afrique aura besoin de dispositifs propres, à la fois logistiques et culturels : d’abord pour obtenir ou fabriquer ses vaccins, ensuite pour convaincre et atteindre des populations enclines à transformer l’injustice structurelle de leur relégation socio-économique mondiale en ressentiment et rejet des « solutions » techno-scientifiques du Nord.

L’après-Covid ne pourra en aucun cas consister en un retour au business as usual. Le changement climatique nous oblige à davantage de sobriété carbone. Finis les déploiements logistiques au long cours, le barnum des grandes ONG internationales dignes des opérations militaires extérieures aéroportées (les « OPEX »). Notre secteur ne peut s’exonérer de ses responsabilités environnementales au nom de l’urgence à sauver. Là aussi, les solutions locales seront synonymes de résilience et d’efficacité.

Enfin les enjeux sécuritaires et l’acceptation politique rendent de plus en plus difficile la projection des expatriés occidentaux sur certains terrains africains. Il ne s’agit bien sûr pas d’un transfert des risques sur les staffs locaux dont les ONG du Sud tireraient cyniquement profit avec la complicité des donneurs d’ordre et bailleurs occidentaux. Il s’agit d’être lucide vis-à-vis de crises géopolitiques profondes et durables qui révèlent collatéralement la dépendance sanitaire de l’Afrique aux anciennes puissances coloniales.

 

Systématiser la localisation de l’aide humanitaire dans le « monde d’après »

Les années 2020 peuvent marquer un changement de paradigme à trois conditions :

  • que les bailleurs occidentaux ne conditionnent pas le transfert des ressources financières aux acteurs du Sud à des standards bureaucratiques insoutenables ;
  • que les grandes ONG internationales humanitaires considèrent les ONG locales non plus comme des prestataires ou des proxy mais comme des partenaires à part entière à qui passer le relais et redéfinissent dans ce sens leur mission sociale ;
  • que les acteurs locaux au Sud renouent avec les valeurs originelles de l’aide humanitaire : faire de la santé, de la sécurité et de la dignité des biens communs, à défaut d’être des biens publics.

Lorsque ces trois conditions auront été remplies, nous ne parlerons plus alors d’humanitaires en Afrique mais bien d’humanitaires africains.

 

 

Les opinions exprimées dans ce blog sont celles des auteurs et ne reflètent pas forcément la position officielle de leur institution ni celle de l’AFD.

Je m'inscris à la newsletter ID4D

Une fois par mois, je suis informé(e) des nouvelles parutions sur ID4D.

Agenda